AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Erreur de néophyte! [Tibérias]

Aller en bas 
AuteurMessage
Denetor H. Telchar
Rage || Death smiles at all of us...
avatar

♦ PSEUDONYME : Lee
♦ COPYRIGHT : Corpse Heart
♦ HUMEUR : Tiède
♦ CITATION : Je connais maintenant la définition de la guerre : la guerre, c'est la mort des autres... (Jean Guéhenno)
Date d'inscription : 25/09/2009
Messages : 81

VERITAS VOS LIBERABIT
STATUT: Rage, général des armées de Rahl
RELATIONS:
PAYS: D'Hara

MessageSujet: Erreur de néophyte! [Tibérias]   Ven 6 Nov - 1:44

    Les flots de sang surgissaient par vagues, comme emportés par un élan meurtrier et ravageur. La vision de tout ce rouge poisseux qu'ils sentaient encore un peu sur leur peau était déconcertante pour certains, habituelles pour d'autres. Comme Denetor. Et comme après chaque acte barbare, il savait que ses soldats ne pouvaient que se remémorer la boucherie à laquelle ils avaient participé. Le massacre de ces villageois avait été rapide, mais brutal. Denetor n'y avait pas participé, pour la simple et bonne raison qu'il n'était pas d'accord avec ce principe. Mais c'était là les ordres qui venaient d'en haut, et il ne pouvait les discuter. Juste ne pas les approuver. Il avait commandé à ses hommes de faire une razzia totale, leur sommant d'épargner quelques villageoises et enfants. Il savait bien sur que ses hommes n'en avaient rien fait, il avait observé de loin ce spectacle écœurant et n'avait pourtant pas ordonné la retraite. Car comme il disait toujours, mieux valait leur mort que la sienne. Et s'il accompagnait volontiers ses troupes dans les batailles, il refusait de commettre pareille cruauté gratuite. Alors, il ne s'étonnait pas de voir ses hommes traumatisés par ce qu'ils avaient fait. Ils avaient tué des innocents sur sa simple parole, la puissance de son grade l'effrayait lui-même parfois. Il disait, on s'exécutait.

    Il avait néanmoins pris le temps de faire une halte la nuit tombée. Si Darken Rahl était partisan du moindre effort jusqu'à l'épuisement, ce n'était pas le cas du général Telchar et il savait combien ses hommes étaient fatigués et émotionnellement faibles. Impossible d'en tirer quoi que ce soit. Il les laissa monter le campement, entreprit de panser Hermance avant d'aller chercher un peu de repos dans sa tente. Il prévint certains hommes qu'ils effectuerait une mission le lendemain matin et partit se perdre dans les ténèbres de ses cauchemars. Les cris des innocents hantèrent sa nuit.

    Lorsqu'il s'éveilla au petit matin, il avait le désagréable pressentiment que cette journée ne se déroulerait pas comme il l'avait prévu. Cela ne l'inquiéta pas plus que ça, et il attribua ce malaise à ses rêves sombres et torturés. Il entreprit alors une toilette rapide, mangea à sa faim avant de rejoindre sa monture et de la préparer. Une fois la tâche exécutée, il sortit et retrouva les hommes désignés, une bonne cinquantaine, tous prêts à le suivre. Il enfourcha alors Hermance et le fit partir dans un galop souple, sans expliquer à qui que ce soit ce qu'ils étaient partis faire dans une telle direction. En réalité, Denetor ne le savait pas bien lui même. Il était parti depuis déjà une bonne semaine de D'Hara et il avait pour ordre de rejoindre un autre général après avoir rasé tous les villages qu'on lui avait commandé. C'était tout ce qu'il savait, et il ne voyait pas tellement pourquoi il devait aller là-bas. Sans doute pour une question d'ordre stratégique, on allait certainement lui demander d'amener ses hommes quelque part pour une quelconque grande bataille contre une armée de résistants. Il obéirait sans broncher, évidemment.

    Ils chevauchèrent ainsi des heures durant, sans que Denetor ne ralentisse la cadence. Il entreprit un passage rapide au pas quand il remarqua que certaines montures s'essoufflaient, et se félicita d'avoir un étalon aussi endurant. Il lui flatta l'encolure calmement et annonça aux hommes qu'il permettait aux chevaux de ses reposer cinq minutes, pas plus. Ils abordaient une petite rivière aux abords d'une forêt auprès de laquelle nombre de montures allèrent se désaltérer, sans Hermance qui bien sûr, ne faisait jamais comme tout le monde. Mais cette fois, c'était différent. L'animal semblait nerveux, il piaffait malgré les apaisements de Denetor et à ce moment précis, le général comprit que quelque chose ne tournait pas. Et tous ses hommes étaient à terre.

      - REMONTEZ! Remontez tous, dépêchez-vous!

    La grande majorité s'exécuta mais, déconcertés, une dizaine d'hommes resta ancré au sol. Malgré le regard flamboyant de leur général, ils n'eurent pas le temps d'attraper un étrier que déjà, une armée ennemie fonçait sur eux. A première vue, Denetor calcula qu'ils étaient à peine en surnombre, une soixantaine peut-être et que les chances étaient équitablement réparties. Il s'était fait avoir comme un bleu par cette fichue embuscade et s'en voulut quelques secondes avant de réagir rapidement. Il fonça protéger ses soldats au sol mais savait qu'il ne pourrait pas faire le travail tout seul. Heureusement, certains de ses lieutenants aguerris eurent le même réflexe et lorsque tous furent à cheval, Denetor put se concentrer pleinement sur la bataille. Il trancha quelques corps avant de finalement se rendre compte du chef de la troupe qui s'opposait à eux. Et pour une fois, il étira ses lèvres en un sourire léger qui lui fit mal à cause de sa cicatrice. Car il n'avait pas en face de lui n'importe quel ennemi.

    Tiberias, guerrier à la solde de la reine Lilian, celui-là même qui lui avait échappé il y avait quelques temps maintenant et pour qui il avait eu à subir de sévères remontrances. Tiberias, le survivant. Il avait vu ses hommes mourir sous ses yeux, mais en était sorti vivant. Il devait encore en cauchemarder la nuit. Cela le rassura de savoir qu'il n'était pas le seul à mal dormir. Il se mit alors à crier pour couvrir le bruit du carnage alentour, fixant son rival dans les yeux.

      - Alors, pauvre fou! Tu penses pouvoir obtenir ta vengeance avec aussi peu d'hommes, face à moi? Mais pour qui te prends-tu, inconscient?

    Il sortit alors de son fourreau sa deuxième lame et attendit patiemment un geste quelconque de son adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiberias Daltaïr

avatar

♦ PSEUDONYME : Malone - Malphas
♦ COPYRIGHT : Me, Miself and I! (Ban', icone et ava!)
♦ HUMEUR : Noire
Date d'inscription : 27/09/2009
Messages : 297

VERITAS VOS LIBERABIT
STATUT: Guerrier à temps plein.
RELATIONS:
PAYS: Contrée du Milieu

MessageSujet: Re: Erreur de néophyte! [Tibérias]   Dim 8 Nov - 15:36

Les rebelles suivaient la trace des hommes du tyran depuis quelques jours. Ce n’était pas si difficile que cela, vu les différents carnages qu’ils laissaient derrière eux. Le dernier village qu’ils avaient croisé représentait bien les dépravations que laissait faire les généraux à leurs subordonnés.

Tiberias faisait parti de ce petit groupe d’homme, qui les suivaient, qui assistaient aux horreurs qu’ils commettaient sans pour autant sauver ceux qui auraient du l’être. Ils avaient aussi des ordres, ils devaient attendre le bon moment pour attaquer, comme il se devait ces assassins. Il en était malade d’arriver toujours après, de découvrir les villages en ruine et il se jurait de les faire payer.

L’armée d’Hara avait fait halte pour la nuit, sans pour autant se douter qu’ils étaient sous étroite surveillance. Certains auraient voulu les attaquer pendant leur sommeil, mais le guerrier trouvait que ce n’était pas la meilleure des idées, la nuit était noir, on n’y voyait pas grand-chose et même s’ils pouvaient les prendre par surprise, l’effet ne serait que très court, car ils ne pourraient pas réussir à garder le dessus sur eux, vu le peu de visibilité. Ca n’avait donc aucun intérêt de leur faire se rendre compte qu’ils n’étaient pas seuls.

Ils continuèrent donc un moment leur chemin, avant de s’arrêter à leur tour, car il fallait bien se reposer ainsi, Tiberias avait veillé une bonne partie de la nuit, ne trouvant pas le sommeil. Depuis la dernière bataille sur les pleines de Ruad, l’homme avait parfois quelques troubles du sommeil, insomniaque au possible. Il pourrait dormir une ou deux heures cette nuit pas plus… Aux premières lueurs de l’aube, ils étaient à nouveau en scelle, prêt à partir. Les cavaliers avaient prit un peu d’avance sur la troupe d’Haran, connaissant mieux les environs que leurs ennemis, ils s’étaient postés à l’orée d’une forêt, en amont d’une petite rivière, prêt à en découdre avec ces hommes en arme, s’ils s’arrêtaient quelques minutes pour reposer montures et hommes, qu’ils se désaltèrent.

Bonne déduction de la part des rebelles, leurs ennemis vinrent s’arrêter là, et tous dégainèrent en silence leurs armes. Ils attendirent encore quelques instants, que les autres abaissent totalement leurs gardes, quand ce fut le cas, ils attaquèrent sans plus attendre. La haine retenue depuis plusieurs jours ne manqua pas alors telle une furie, si les hommes de Darken ne se remettaient pas très vite de leur surprise, ils risquaient bien d’être tous réduit à néant, car le mot d’ordre pour cette bataille était « pas de pitié ! ». Dent pour dent, œil pour œil, ils appliquaient à la lettre la loi du Talion. De toute façon, ceux qui menaient l’attaque doutaient qu’ils auraient pu demander un peu de compassion à leurs hommes, ça ne serait pas aujourd’hui qu’ils feraient des prisonniers.

Daltaïr sauta à terre quand il entra dans la bataille, laissant son canasson filer un peu plus loin, pas la peine de prendre le risque de le perdre aussi stupidement. De toute façon, les hommes de Rahl s’étaient assez vite repris et la bataille faisait rage de tous les côtés. Mais l’homme de Ruad y était habitué et sa lame fendait l’air et les chaires avec une habitude déconcertante. Après tout, c’était une grande partie de sa vie, les champs de bataille.

Une voix qu’il connaissait bien lui fit alors tourner la tête et son regard devint aussi noir que la nuit quand il reconnut son adversaire. Il espérait le trouver ici, son vœu avait été exaucé. Telchar… ils se connaissent de longue date tous les deux et notre ami avait une dette envers lui. Une dette de sang, qu’il espérait bien un jour lui payer. Peut-être qu’aujourd’hui serait le jour tant attendu.


- Ta vanité te perdra Denetor ! Bien sur qu’il savait que cet homme était de la partie, mais il ne pouvait pas non plus laisser sa haine conduire ses actes, il se devait de mener ses hommes à la victoire, c’est pourquoi il avait tant attendu avant de leur tomber sur le poil. Et puis, ce général était comme un bonus, la cerise sur le gâteau.

Voilà qu’il était déjà prêt à se battre, deux épées en main, ce qui ne sembla pas faire tressaillir pour un centimètre le guerrier, Tiberias n’avait qu’une lame, mais savait la manier de façon redoutable, il n’avait pas besoin de plus pour l’instant. Restant à une distance raisonnable, la pointe de son arme tenant en joue son ennemi, l’homme observait celui qui lui faisait face.


- Tu ferais mieux de déposer les armes, vous n’avez aucune chance…

C’était peut-être s’avancer quelque peu sur l’issue de la bataille, mais il fallait bien essayer, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Erreur de néophyte! [Tibérias]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tibérias du Lyron - Héritier d'Erac
» marc, mon ami, tu as commis une erreur:::
» croisé épagneul tibétain
» Un autre son de cloche tibétaine
» Des missiles nucléaires volent ils par erreur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Realta Dearg :: CONTREES DU MILIEU :: Pays Sauvage-
Sauter vers: