AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des ponts entre nous et le ciel [A.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tiernàn Sirfalas
PHOENIX FROM THE FLAMES • coupable et victime à la fois.
avatar

♦ PSEUDONYME : LA MEUF DE JONAS.
♦ COPYRIGHT : © mine ; talitha_bee.
♦ HUMEUR : mort à l'intérieur.
♦ CITATION : «Les amis font plus de mal que les ennemis, parce qu'on ne s'en méfie point.» - DEMONAX.
Date d'inscription : 18/08/2009
Messages : 1191

VERITAS VOS LIBERABIT
STATUT: SPINA AD ROSAE.
RELATIONS:
PAYS: TERRES D'OUEST.

MessageSujet: Des ponts entre nous et le ciel [A.]   Mer 11 Nov - 15:03



© DARKANGSTY42 ; LUCKY_STAR79

« Elle a gommé les chiffres des horloges du quartier.
Elle a fait de ma vie des cocottes en papier, des éclats de rires. »


La maison. Rien ne valait la maison. Il ne sentait en paix et complet que lorsqu’il revenait en ces lieux d’harmonie. Bien sûr, certains évènements dramatiques s’y étaient déroulés et l’avait brisé. Mais il aimait cet endroit. Tout comme il aimait les personnes avec qui il souhaitait vivre dessus. Il sourit doucement tandis qu’il observait l’apparence si paisible de son foyer, le changeant considérablement de ces derniers jours pour le moins agités. Caressant du bout de doigt les herbes hautes qui lui souhaitaient la bienvenue à leur manière, il reprit sa marche paisible. Il ne sentait plus la morsure lourde de son sac sur son épaule qui la lui sciait de son poids de pièce d’or. Il ne faisait plus attention à l’odeur de ses cheveux roussis causés par l’haleine de dragon à qui il avait fait payer tant d’insolence. Il ne sentait pas plus la douleur diffuse de ses côtes suite à la lutte contre le chien cœur puis contre le brigand. Et son cœur s’élevait haut dans le ciel, loin des chaînes qui l’avaient étranglé depuis sa rencontre avec Elerinna. Le simple fait qu’il s’apprêtait à revoir sa douce et merveilleuse épouse lui faisait l’effet d’une pommade de menthe sur une brûlure. Elle l’apaisait. Elle constituait son univers. Elle était tout pour lui. Plus encore maintenant.

Il n’était pas inquiet à l’idée des remarques qu’elle allait certainement lui faire en découvrant de nouvelles blessures sur un corps qu’elle connaissait déjà par cœur. Evidemment, il présentait qu’elle allait encore lui faire des reproches, lui assurer qu’ils n’avaient pas besoin qu’il risque plus encore sa vie alors qu’ils vivaient déjà sous une menace sourde de le perdre dans le cadre de ses fonctions de garde-frontière. Il l’entendait déjà lui asséner qu’elle n’avait pas besoin d’aller voir la mer ou d’une robe somptueuse, la seule chose important était lui. Mais elle méritait tellement davantage que Tiernàn ne se sentait pas à la hauteur. Que les deux apports mis dans une balance jouaient en sa défaveur. C’était la moindre des choses qu’il pouvait faire. Il lui faisait déjà tant supporter au quotidien. Elle avait déjà tant fait pour lui. La vie ne les avait pas épargnés par le passé. Alors ils avaient bien le droit à un peu de légèreté de temps à autre.

Dès lors qu’il posa un pied à l’intérieur de la maison, un sentiment de chaleur et de bien être l’envahit. « Anuun ? » murmura-t-il. Il sourit en voyant le foyer pourvu d’un feu réconfortant. Une marmite cuisait doucement et le délicat fumet qui répandait la délicieuse odeur dans la pièce principale faisait gargouiller son ventre. Des saucisses avec un pot au feu. Comment savait-elle qu’il serait à la maison aujourd’hui ? Il rit doucement en secouant la tête amusé. Ca valait toujours été ainsi entre eux. Depuis la première fois où il avait posé les yeux sur elle, ils avaient été reliés l’un à l’autre en une seule et même personne. Il posa son sac sur la table et traversa la maison. D’instinct, il savait où elle était. Il poussa doucement la porte de derrière et s’arrêta devant la charmante vision qui s’offrait à lui. Un sentiment inextinguible de joie l’envahit et lui serra la gorge tandis que son nez picotait. Enfin, il la revoyait. Pendant ces longues journées et nuits sans elle, il n’avait cessé de la voir et un nombre incalculable de fois, il avait eu envie de laisser tomber pour courir la retrouver tant elle lui manquait. Mais quand il décidait quelque chose, il s’y tenait.

Alors qu’il l’observait en train de tisser avec grâce et attention, le Liant de son épouse le remarqua et ne rata pas son entrée en grognant à son encontre comme toujours. Il roula des yeux. Il avait planté son arrivé. Dieu qu’il le détestait. Anuun se retourna, sachant sans doute la raison de l’agitation de son Liant, et Tiernàn ne résista pas plus longtemps avant d’aller vers elle à grande enjambées. Il la serra dans ses bras et l’embrassa passionnément, la faisant tournoyer dans ses bras, à l’image de l’émotion qui étreignait son cœur. « Mon amour, tu m’as tellement manqué ! » Il la reposa au sol et l’observa tendrement, la tenant toujours fermement contre son cœur. Il caressa délicatement la douceur de sa joue et s’enivra de son parfum, se délectant de la vision enchanteresse qu’il avait devant lui.

_________________

I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside. Somebody get me through this nightmare. I can't control myself. So what if you can see the darkest side of me? - THREE DAY GRACE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://de-cendres.livejournal.com/
Anuun Sirfalas

avatar

♦ HUMEUR : heureuse
♦ CITATION : La foudre et l'amour laissent les vêtements intacts et le coeur en cendres.
Date d'inscription : 21/10/2009
Messages : 42

VERITAS VOS LIBERABIT
STATUT: SANS MAGIE
RELATIONS:
PAYS: Terre d'Ouest

MessageSujet: Re: Des ponts entre nous et le ciel [A.]   Dim 10 Jan - 22:55

    Le soleil était chaud sur sa peau. Anuun était entrain de tissé dans sa chambre. Ce matin en se levant, elle s’était sentit apaisé. *Comme tous les matins son liant avait fait une entrée remarquée dans la petite pièce. Une fois levée elle avait ressentit une onde étrange. Quelques choses de biens allaient arrivée aujourd’hui : le retour de son cher mari.
    Tiernàn était partit depuis plusieurs jours. Anuun n’avait pas cessait de penser à lui. Une maille, deux mailles, etc.… La jeune femme avait croisé Diarmud au marché. Ils avaient discuté un long moment de tous et de rien. Il ne parlait pas de sujet qui fâchait sauf de Tiernàn qui était partit. Le garde-frontière n’avait jamais comprit ce lien qui unissaient les deux amoureux. Comment le pourrait-il ? Après une bonne heure à bavardait, Anuun c’était éclipsé. Le jardin de la maison aurai besoin d‘un bon nettoyage de printemps, mais ce n’est pas elle qui pourrait s’y coller. Elle prépara le dîner, le repas préféré de son époux. Elle voulait lui faire plaisir. Ensuite, Anuun alla s’installer dans sa chambre. Elle prit place prêt de la fenêtre, là où elle se trouvait maintenant. Avant de s’atteler à son tissage, elle regarda par la fenêtre. La légère brise faisait volaient les feuilles.*
    La jeune femme était donc confortablement installée lorsque le garde-frontière fit son entrée. Anuun ne l’avait pas entendu avant que son renard de liant ne grogne.
    Depuis le début de la semaine, Anuun Sirfalas avait eu un pincement au cœur plus d’une fois. Toutes les fois où Tiernàn était passé à deux doigts de la mort ! Elle savait qu’il risquait sa vie tous les jours, mais le pire était encore lorsqu’il partait uniquement pour avoir un ou deux dragons. Il faisait ça pour elle, et elle lui disait sans cesse qu’elle n’en avait pas besoin. Tout se qu’elle voulait s’était lui, mais ça ne suffisait jamais. Il fallait quand même qu’il y aille.*
    Anuun se retourna et aperçut son ange, son rayon de soleil, son oxygène. Il était tout pour elle. Il s’approcha d’elle, il lui dit qu’elle lui avait manqué. Il en avait de l’humour. Pour l’instant, elle ne dirait rien, ils auraient bien le temps de discuter après. Pour l’instant, il était là, elle le tenait fort, ses mains serraient dans son dos. Elle ne voulait plus le lâchait, comme une enfant à qui ont souhaiterait retirer son doudou. Elle releva la tête. Elle le regardait dans les yeux. Il avait une entaille sur le front mais rien de bien méchant. Elle embrassa son doigt et le posa dessus. Elle ressemblait tellement à un enfant pour qui ne la connaissait pas ! Elle lui souri. Elle répondit enfin à son baiser. Après un bon moment de silence, elle ouvrit enfin la bouche.


    - Tiernàn… Tu es enfin de retour ! Toi aussi tu m’as manqué… j’ai eu peur tu sais. J’ai ressenti un pincement au cœur pendant un instant la nuit dernière, j’ai bien cru que j’allais te perdre ! J’ignore se que tu as fait, mais ça n’avais rien de rassurant !

    Anuun en était toute retournée. Elle s'était senti vraiment très mal! Puis elle avait ressentit son arrivée, alors tout son être s'était apaisée. Tout son corps ne demandait que lui, mais surtout son coeur. Elle le serra encore un peu plus, en posant sa tête tout contre son coeur. Elle l'entendait respiré, elle sentait son souffle dans ses cheveux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiernàn Sirfalas
PHOENIX FROM THE FLAMES • coupable et victime à la fois.
avatar

♦ PSEUDONYME : LA MEUF DE JONAS.
♦ COPYRIGHT : © mine ; talitha_bee.
♦ HUMEUR : mort à l'intérieur.
♦ CITATION : «Les amis font plus de mal que les ennemis, parce qu'on ne s'en méfie point.» - DEMONAX.
Date d'inscription : 18/08/2009
Messages : 1191

VERITAS VOS LIBERABIT
STATUT: SPINA AD ROSAE.
RELATIONS:
PAYS: TERRES D'OUEST.

MessageSujet: Re: Des ponts entre nous et le ciel [A.]   Dim 31 Jan - 18:04

Il se sentait enfin revivre. Il se sentait complet dans les bras de sa douce épouse. Dire qu’elle lui avait manqué était un euphémisme. Depuis qu’il l’avait quitté, ses pensées n’avaient jamais cessé d’être hantées par elle, par sa gracieuse silhouette, sa voix douce et apaisante, son visage aux traits aussi harmonieux que le reste de ce qui l’entourait. Et enfin, il pouvait respirer son parfum, s’enivrer du velouté de sa peau contre ses mains rendues rugueuses par la chasse et la lutte. Il la serrait fort contre lui. Il avait le besoin quasi viscéral de la sentir entre ses bras, de sentir battre son cœur contre le sien, de presser ses lèvres contre les siennes pour retrouver le goût fruité de sa peau. Il avait tellement peur de la perdre que d’imaginer ne serait-ce qu’une seconde dans un monde qui ne l’abriterait pas lui coupait la respiration et l’aveuglait littéralement. Elle était son oxygène et son soleil. Elle était cette partie de son âme qui maintenait les morceaux brisés ensemble. Finalement, il desserra l’étreinte et éloigna légèrement son visage du sien afin de se repaître de la délicatesse de ses traits qu’il n’avait pas pu voir depuis trop longtemps. Il caressa amoureusement les traits de sa douce épouse, le sourire aux lèvres malgré les souvenir qu’elle venait de lui remémorer. Quoi de plus étonnant ? Si elle était en danger, il le sentait. S’il était en danger, elle le sentait. Ils étaient liés par un lien puissant, un lien au talon duquel nulle magie ne pouvait se comparait.

Il poussa un profond soupir. « Un chien cœur. » Il remarqua immédiatement le regard inquiet de son épouse et la rassura en l’embrassant sur le front. « Mais tout va bien. Tu le vois : je suis là. » Elle avait de quoi s’inquiéter pourtant. Encore plus davantage que ce qu’elle faisait déjà. Il se racla la gorge avant de laisser tomber son sac sur la table, revenant dans la salle à manger. Le bruit qu’émit ce dernier ne fit aucun doute sur son contenu. Ils allaient le faire ce voyage jusqu’à la mer. Peut être pas maintenant toutefois au vu du visage sombre qu’arborait désormais le Garde Frontière. « J’ai rencontré des personnes en chemin, toutefois. » Il posa les mains sur la table, tournant le dos, s’interrogeant sur l’opportunité de révéler leur véritable identité. Finalement, il décida que non. Ce n’était pas le plus important.

« Ils venaient de l’autre côté de la Frontière où les troupes de ce Darken Rahl font rage. » Il déglutit péniblement avant de lâcher l’information qu’on lui avait demandé de garder pour lui. « Ses ambitions le portent vers Terre d’Ouest. » Son visage était désormais clos, ses traits étaient tirés, preuve de la difficile nuit qu’il avait passé. « La Frontière s’affaiblit de jour en jour, les créatures maléfiques arrivent plus facilement sur nos terres et j’ai bien peur qu’ils ne soient que l’avant-garde de l’enfer qui s’apprête à déferler ici. » A nouveau, il poussa un profond soupir, semblant vidé de ses forces. Il se laissa tomber sur l’une des chaises et clôt les yeux quelques instants, se les massant de sa main usée de combats.

Il rouvrit les yeux et tendit la main vers Annun pour se saisir de la sienne et l’embrasser avec douceur, la gardant dans le creux de la sienne. « Ne le répète à personne. J’ai juré de ne pas en dire un mot en attendant que le Conseil de l’Ouest ne délibère. » Il lui sourit doucement. Il avait juré oui, mais il était incapable de lui dissimuler quoi que ce soit. Ils n’étaient qu’un. « J’ai peur que la bataille ne fasse que commencer. » Il la fit asseoir sur ses genoux, reposant sa tête contre son épaule, y trouvant là un réconfort bienvenue, malgré les grognements du Liant de son épouse. « Jure moi que lorsque le temps sera venu, tu iras trouver refuge loin d’ici. » Leur maison était bien trop proche de la Frontière. Il ne craignait pas pour sa vie mais même s’il devait mourir, il voulait à tout prix qu’elle ne soit pas blessée. Qu’ils se retrouvent dans l’Au-Delà le plus tard possible. « Jure moi, mon amour, que tu m’obéiras. »

_________________

I can't escape this hell, so many times i've tried. But i'm still caged inside. Somebody get me through this nightmare. I can't control myself. So what if you can see the darkest side of me? - THREE DAY GRACE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://de-cendres.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des ponts entre nous et le ciel [A.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des ponts entre nous et le ciel [A.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ça n'aurait jamais pu marcher entre nous, chérie ! [Remy]
» Le respect entre nous...
» Déborah ~ Il y a quoi exactement entre nous ? Un mètre tout au plus.
» Aucun secret entre nous pas vrai ? [PV: Rosée du Matin /Pluie Torentielle]
» Il y a trop de tension entre nous, pourquoi ? || Jun & Ayumi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Realta Dearg :: TERRE D'OUEST :: Hartland :: Maisonnée Sirfalas-
Sauter vers: